«C’est tellement la vie genre!» c’est mon histoire, mais c’est aussi la vôtre...

Alors, envoyez-là moi sur Instagram à @cesttellementlavie !

Andrée-Anne

@andreeanne16

J’ai toujours pensé que suivre la voie sécuritaire était la meilleure décision à prendre lorsque je pensais à mon futur. C’est pourquoi je me suis inscrite en Gestion de Commerces au Cégep et j’ai commencé un BAC en administration et marketing. La stabilité financière me semblait la meilleure option. Étant une personne très créative, expressive, mais aussi très indécise, je rêvais aussi d’être à la télévision, à la radio ou même en mode. Je regardais autour de moi et voyais de plus en plus de gens qui osaient, osaient aller dans des domaines plus difficiles à percer... Un jour, une personne très enjouée m’a parlé de l’école de télé où elle allait. Cette même école dont je m’étais renseignée et qui me faisait rêver. Je l’enviais ... C’est à ce moment que j’ai décidé d’oser à mon tour, oser aller à Ottawa en radio et oser lâcher mon BAC! J’ai compris que je n’avais qu’une vie à vivre. Ce fut la meilleure décision de ma vie et je ne regrette rien. J’avance maintenant vers mon rêve petit à petit, sachant qu’un jour je vais l’atteindre! Ça,« C’est tellement la vie genre!»

Alexis

Allo la gang! Je m’appelle Alexis, j’ai 10 ans. J’ai vécu beaucoup d’épreuves depuis ma naissance. Je n’ai jamais connu mon père, j’ai de la difficulté à l’école même si je travaille fort, j’ai déménagé de Montréal à Québec et j’habite maintenant sur la Rive-Sud. Je suis fier de dire que j’ai surmonté tout ça et que je suis capable de dire que la vie continue! Je pense que je suis heureux! J’aime les jeux vidéo, le rap, chanter, mais surtout le parcours! J’adore grimper partout, sauter et je pense que je suis bon. Choisir de me concentrer sur mes passions et ce que j’aime faire plutôt que sur les choses négatives, « C’est tellement la vie genre!».

Stéphanie

Un jour j’ai décidé de modifier le cours de ma vie, une décision difficile mais nécessaire. J’ai choisi d’ignorer les préjugés des gens qui disaient : «tu as une job stable, de 9@5, un fond de pension, 4 semaines de vacances par année. Ne fais pas ça, tu vas le regretter...». Choisir de tout abandonner pour recommencer ailleurs est une décision difficile à prendre et souvent mal comprise. Pourtant, dans la vie, il faut savoir oser, prendre des risques. Moi j’ai choisi d’être une passionnée. Je savais que j’avais trouvé ce pour quoi je voulais vivre, l’univers dans lequel je souhaitais évoluer, peu importe les risques encourus. On met parfois longtemps avant de trouver sa voie, mais lorsqu’on la trouve, il faut savoir saisir sa chance. J’ai donc choisi de devenir travailleur autonome. C’était un pari sur l’avenir, un risque.  La vie s’est mise de mon côté et m’a donné la chance de travailler dans un tout nouveau salon d’esthétique qui me rejoint sur tous les points! Je m’y sens comme à la maison, j’exerce ma passion en tant que technicienne en extension de cils et blanchiment dentaire. J’ai fait de mon rêve ma réalité et ça, «c’est tellement la vie genre!»

Steeve

Panini76! C'est quoi ça ? Panini76 c'est de la bonne bouffe, du staff relaxes, de bons prix et une ambiance décontractée... Mais au-delà de ça, Panini76 c'est l'histoire d'un gars qui a lâché sa job en comptabilité pour prendre un cours de cuisine et qui a convaincu son cousin, le chef Ka$h, à le suivre dans ce projet fou qu'est d'ouvrir notre propre restaurant. Tout ça, dans le quartier qui nous a vus grandir. Aujourd'hui, 2 ans et demi plus tard, je suis fier de dire que je suis propriétaire du restaurant qui vend les meilleurs paninis et ailes de poulet en ville, un restaurant qui engage des jeunes du quartier et qui s'engage à redonner à la communauté. Mon nom est @chef_bling , je suis propriétaire du Panini76 en plus d'être marié à la meilleure designer à Montréal @valabellacouture et tout ça , «c'est tellement la vie genre!».

Marie-Pier

Parce qu’on a tous ce moment où on se demande "mais qu’est-ce que je vais faire de ma vie?". À 24 ans je me suis enfin décidée à retourner sur les bancs d’école dans une formation d’adjointe administrative. Loin de me douter de l’endroit où j’allais atterrir, 2 ans plus tard me voilà dans les bureaux d’un centre d’hébergement en réadaptation santé mentale.

 

C’est à ce moment précis que j’ai compris que la vie se composait de pleins de petits moments magiques, aussi banal soit-il. Parce que oui, quand on aime et qu’on a l’impression de pouvoir faire une différence aussi petite soit-elle dans la vie de quelqu’un, ça « c’est tellement la vie genre! ».

Maksym

Pour Maksym, être ambulancier, c'est avoir la chance de soulager la détresse des gens qui font appel aux services d'urgence. 


Depuis 9 ans, il exerce le métier de paramédic au Québec, après avoir refait son diplôme, déjà obtenu en Ukraine. Ça, «c'est tellement la vie genre!».

Suis-moi sur Instagram!

  • Mon Instagram!